Envie de participer ?
L’US ARGENTON S'ESSAYE AU RUGBY EN DISTANCIEL

Au rugby, on trouve de tout, plaqueurs, sauteurs, gratteurs, soigneurs, ouvreurs, entraîneurs et même ambianceurs. Mais une nouvelle espèce risque de faire son apparition, la saison prochaine : les décrocheurs. Depuis le début de la crise sanitaire, dire que le rugby est affecté est un euphémisme. Pourtant, même dans l’adversité, les clubs amateurs résistent et s’adaptent. « Malgré le contexte très difficile, on continue d’y croire, expose Dominique Montjoint, président de l’US Argenton. L’entraînement a repris au niveau de l’école de rugby, mais sans accès aux vestiaires et sans goûter non plus. » Et pour ce qui concerne les seniors, les entraînements aussi ont été modifiés. « En raison du couvre-feu, les gars se retrouvent désormais le samedi ou le dimanche. Ils courent, se font quelques passes et des gagne-terrain, le tout sans contact bien entendu », ajoute le président. Désormais chacun est dans l’expectative et attend des jours meilleurs. « La FFR nous a parlé d’une reprise possible de la compétition le 14 mars, mais on est quand même inquiets quand on voit la situation autour de nous », pondère Dominique Montjoint. Un crève-cœur, d’autant plus que le club était bien parti cette année : « On était sur une bonne dynamique avec que des victoires. Mais les gars sont motivés, ils y croient encore et toujours. Mais reste aussi qu’on est inquiets sur l’avenir ». Car avec si la crise a retiré les deux premières mi-temps, elle a aussi rayé d’un trait la troisième, importante entre toutes car ciment des groupes et faisant partie de l’essence même de ce sport. « Du coup, on craint aussi que les plus anciens, les nouveaux ou les compétiteurs décrochent et ne reviennent pas l’an prochain. Et on sait que les problèmes d’effectif sont une donnée récurrente des clubs de l’Indre… », constate le président des Rouge et Vert. Une hypothèse que l’on oublie plus facilement en préparant l’avenir. C’est ainsi que le club a reçu son tout nouveau maillot acquis grâce à ses sponsors. Mais pour l’étrenner en compétition, il va falloir s’armer de patience.


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.